Mohamed Harbi et Hocine Ait-Ahmed parlent de l’atmosphère algéroise quand le GPRA entre dans Alger